• image
  • image
  • image
  • image
  • image

Présidentes

Agathe St-Pierre

Agathe St-Pierre (1989-1992)

C’est au Rond Point de l’ACFA en 1989 qu’est née la possibilité de former des clubs de personnes aînées dans la province et de les réunir dans une fédération. Si Madame Agathe St-Pierre n’avait pas trouvé trois bénévoles pour accoucher du nouvel organisme, la Fédération des aînés franco-albertains ne serait pas devenue la porte-parole pour les droits des aînés. Épaulée par Thérèse Laplante, Églande Mercier et Valère Grenier, Agathe était prête à tout. Elle convoqua les premières réunions chez elle. La genèse de la FAFA fut élaborée dans son salon qui devint le local où on dressa la carte de route. Cette aventure débuta dans la pauvreté, sans programmes, sans statuts et règlements, sans direction générale et surtout sans argent!  Devant les épreuves, Agathe insistait : « Il faut que ça marche! » 

Après tant d’années, ce qui épate Madame St-Pierre, élue présidente le 2 novembre 1990, c’est qu’à partir d’un petit noyau de personnes et en peu de temps, la FAFA avait jusqu’à 350 membres partout dans la province. « Ce que nous avions en commun,  dit-elle de son équipe, c'était la volonté d'améliorer le bien-être des aînés et de répondre à leurs besoins. »  Pour des gens qui ne se connaissaient pas au début mais qui ne voulaient pas rater leur coup, ils ont vraiment « gagné leurs épaulettes ». 

Chapeau Agathe!

Therese Laplante 

Thérèse Laplante (1992-1994)

De 1992 à 1994, Madame Thérèse Laplante prend la relève, convaincue qu’une fédération pourrait faire des pressions politiques pour le bien-être des nôtres. Elle fit le tour de la province pour encourager la création de clubs de l’âge d’or promettant que la FAFA leur offrirait de la formation et des services.

La plus grande réalisation de son mandat fut celle du projet de conscientisation au fait : Des aînés : victimes de mauvais traitement. Celle qui avait aidé à mettre sur pied une section de la Fédération des femmes canadiennes-françaises a osé briser le silence sur l’abus fait aux aînés.

Bravo Thérèse!

Jeannette Letourneau

Jeannette Létourneau (1994-1997)

La troisième présidente, Madame Jeannette Létourneau, aimait voyager en régions pour consulter les gens et mieux connaître leurs besoins. Son but premier était de multiplier le nombre de clubs affiliés. Elle avait le don d’aller chercher les sous et c’est elle qui a débuté les casinos.

Éducatrice à la retraite, Jeannette a organisé beaucoup de sessions de formation en français. Vous en souvenez-vous des cours mis sur pied par elle?  Il y avait Vieillir en santé, La vie continue, Ma retraite, nouvelle aventure, De pieds ferme et Préparer un testament. Jeannette a certainement contribué à l’amélioration de la qualité de vie de nos membres.

Merci, Jeannette!

Helene Lavoie

Hélène Lavoie (1997-1999)

Les retombées culturelles de l'année internationale des aînés en 1999 rehaussent jusqu'à ce jour la vie communautaire de nos seniors. En grande partie, la réussite est due à la présidente du club affilié La Chorale de Mélodie d'Amour à Edmonton. Madame Hélène Lavoie s'est longtemps dévouée à promouvoir le bien-être des Franco-Albertains comme enseignante et bénévole communautaire à Saint-Isidore et en 1997 comme présidente de la Fédération des aînés franco-albertains.

La vision de Madame Lavoie et de son comité exécutif facilita la mise sur pied de cette chorale grâce au soutien de Patrimoine Canada. La FAFA encouragea aussi la formation d'une troupe de théâtre pour aînés — Les étoiles argentées. Ces deux innovations furent pour Hélène les plus belles réussites de ses deux mandats d'un an à la présidence, de 1997 à 1999.

En 1994, Hélène s'était impliquée comme secrétaire dans les dossiers de FAFA à l'invitation de la présidente Madame Thérèse Laplante. Elle était heureuse d'accepter car elle admirait le bénévolat des membres du conseil exécutif. Elle attribue sa capacité de dire oui à la présidence cinq ans plus tard aux cours d'excellence du Pacific Institute offerts en français par la FAFA.

Comme jeune présidente, elle était accompagnée « d'une équipe de tonnerre » qui était intéressée à faire de la formation communautaire dans les régions de Saint-Paul, Rivière la Paix, Edmonton et Calgary. « Ce fut un grand plaisir de travailler avec des gens extraordinaires et de voir l'épanouissement des gens. »

Therese Conway

Thérèse Conway (1999-2003)

Qui dit Je me raconte pense immédiatement à la 5e présidente de la Fédération des aînés franco-albertains. Elle est fière aujourd'hui du succès que ce programme a connu pendant ses dix années d'existence. Elle sait que ce programme « a fait une différence dans la vie des participants et peut-être des lecteurs » tout en laissant un héritage pour nos petits-enfants.

Madame Thérèse Conway débuta son mandat en l'année internationale des personnes âgées et l'année de la Francophonie en 1999. La FAFA mettait aussi sur pied des projets pour célébrer le millénaire de l'an 2000.

Au début, les priorités de Thérèse étaient d'assurer la continuité des programmes de santé et de développement personnel institués par ses prédécesseurs. Chaque membre de l'exécutif a accepté la responsabilité des nouveaux dossiers de la FAFA. Ils ont vu à la bonne mise sur pied de la chorale et de la troupe de théâtre, l'imprimerie d'un livre de recettes et la publication du livre souvenir 1989-1999 en 2000. La FAFA a encouragé les aînés de la province à écrire et à raconter leurs souvenirs de vie. Cette programmation a contribué considérablement à la visibilité de la FAFA.

Thérèse croit que la cause des aînés s'est beaucoup améliorée depuis vingt ans surtout pour les personnes en perte d'autonomie. Dans les villes, elle dit qu'il y a plus d'accès aux soins nécessaires mais que cela laisse à désirer dans les endroits ruraux.

Merci pour ton dévouement au bien-être des aînés de 1999 à 2003, Thérèse.

Agathe St-Pierre2

Agathe St-Pierre (2003-2005)

En 2003, Agathe St-Pierre, fondatrice de la FAFA, a été ressuscitée comme présidente pour guider la FAFA au début du 2e millénaire.

Face aux attentes des aînés, Agathe voyait que le défi dépassait les capacités des bénévoles de la FAFA. Ayant l'expertise de son premier mandat, Madame St-Pierre a cru en la nécessité d'employer un directeur général. Sous la gérance de monsieur Denis Magnan, les aînés ont pu récupérer le financement qui permettait de mieux répondre aux divers besoins des aînés dans nos communautés franco-albertaines. Avec M. Magnan, la présidente s'est dévouée à mieux faire connaître et reconnaître la FAFA à la Cité Francophone.

Parmi les dossiers qu'a entrepris la FAFA durant son deuxième mandat, il y en a deux qui se distinguent. Sous la direction de M. Magnan et l'apport de M. Éloi De Grâce, la FAFA a vu la réalisation d'un projet du centenaire de l'Alberta dans la publication d'une collection d'histoires des aînés et aînées de la province, Méli-mélo de souvenirs. Ce fut suivi par la publication trimestrielle de la revue Échos franco-albertains.

Agathe insiste que les élus de la FAFA partagent leurs connaissances avec les clubs pour qu'ils soient mieux informés de ce que la FAFA fait pour eux. Son avis est de demander aux membres de s'impliquer en se demandant « Qu'est-ce que moi j'peux faire? »

Yvette Tellier

Yvette Tellier (2005-2007)

Avant d'être élue présidente, Mme Yvette Tellier se dévoua pendant huit ans soit comme secrétaire, 2e vice-présidente, conseillère ou trésorière au conseil administratif de la FAFA. Ses expériences dans l'enseignement et au sein de plusieurs conseils professionnels, paroissiaux et communautaires formèrent ses talents sans pareils pour être porte-parole efficace pour les ainés franco-albertains de 2005-2007.

Plusieurs projets furent mis sur pieds pendant son mandat. Mme Tellier initia des sessions de formation pour le conseil d'administration, l'entente avec Le Franco pour Le coin des ainés, des cours de peinture et des forums de santé de Pfizer. Elle a convaincu 400 ainés à écrire des lettres au député fédéral d'Edmonton/Strathcona, Rahim Jaffer, pour contester des compressions budgétaires qui auraient eu des effets néfastes pour la construction du Centre de santé Saint-Thomas.

Le plus grand succès de sa présidence fut le lancement de l'Université du troisième âge qui débuta avec 25 participants de par toute la province et qui a rassemblé 89 personnes en 2007. Une autre réussite fut la présentation d'une pièce de théâtre impliquant des comédiens et des comédiennes de plusieurs régions de la province.

Comment ne pas réussir avec son sens de responsabilité, son respect des personnes, son imagination et surtout son sens de l'humour? Mme Tellier souligne que toutes les réussites étaient celles d'un exécutif engagé qui connaissait la communauté francophone et les besoins et les intérêts des ainés. En souriant, elle raconte que «j'ai beaucoup appris en travaillant avec les ainés au point où j'en suis devenue une. »

Germaine Lehodey

Germaine Lehodey (2007-2010)

Dès son arrivée sur le conseil exécutif en 2005, Mme Lehodey fut 1re vice-présidente avant de devenir présidente de la FAFA de 2007 à 2010. Son travail dans le domaine des services sociaux pour Edmonton l'a poussée à continuer d'être une porte-parole pour les aînés. Ayant vu beaucoup d'abus envers eux durant sa carrière, elle se tenait à jour sur toute question qui affecte la qualité de vie des aînés. Elle s'acharna à conscientiser les gens sur les formes d'abus envers les gens du 3e âge en montant le premier kiosque d'information lors de la journée pour contrer la violence envers les aînés le 15 juin 2009.

Mme Lehodey tient à cœur les droits francophones des aînés albertains. Elle réalisa que les aînés étaient souvent invisibles dans la francophonie et elle déplore le fait que les aînés n'ont pas le droit de vote aux élections des commissions scolaires francophones. Elle s'inquiète du fait que les ainés n'ont pas de représentants sur les conseils du Manoir et du Centre de santé Saint-Thomas.

Mme Lehodey travailla en partenariat pour initier plusieurs projets. Elle initia un comité santé qui travaille avec Réseau Santé Alberta pour présenter des ateliers sur la gérance du diabète. Elle fit la promotion de projets récréatifs dans les régions avec la FSFA. Elle invita la Fédération des aînés du Canada à présenter l'atelier Découverte de soi qui attira 50 participants. Elle encouragea les clubs à organiser des projets intergénérationnels pour assurer la transmission de nos valeurs et de notre culture.

Merci Germaine!

Simone Demers

Simone Demers (2010-2014)

La rapide ascension de Simone Demers au sein de la Fédération des aînés franco-albertains témoigne de l'incroyable dynamisme et de l'insatiable volonté d'entreprendre dont elle souhaite faire profiter la communauté des ainés francophones de l'Alberta.

Arrivée à la FAFA en 2008, en qualité de conseillère, elle gravit rapidement les échelons pour devenir, en l'espace de trois ans, vice-présidente puis présidente. Elle accepta alors ce dernier poste, « par la force des choses », et après avoir pris conscience de l'importance de mieux représenter les aînés francophones en milieu minoritaire.

Forte de solides expériences professionnelles, à l'image, par exemple, du poste de commissaire scolaire qui lui permit, notamment, de renforcer son sens du compromis et de la négociation, ainsi que de nombreuses expériences bénévoles qui lui apprirent, entre autre, à mobiliser l'attention des décideurs sur les problèmes d'une minorité, l'apprentissage du rôle de présidente fut grandement facilité pour Simone.

Elle contribua ainsi, dès sa toute première année de mandat, en dépit des inconvénients causés par de nombreux roulements de personnel, à organiser la 1re édition des jeux FRANCO +, à accroître la visibilité de la Fédération dans les média, ou encore à proposer un nouveau site internet plus convivial et plus interactif.

Enfin, nous pouvons supposer que les succès de Simone ne s'arrêteront pas là puisque son souhait, à présent, en tant que présidente sortante, est de continuer à moderniser l'image et les services de la FAFA afin de mieux représenter les jeunes séniors.