• image
  • image
  • image
  • image
  • image

Enjeux

Les baby-boomers n'ont pas fini de faire parler d'eux. Cette génération va encore marquer les 50 prochaines années. Les études sur le vieillissement démographique montrent que les personnes nées tout juste après la Seconde Guerre mondiale arrivent maintenant à l'âge de la retraite. Et nous ne sommes qu'au début de la vague. Les personnes nées entre 1959 et 1961 forment le plus fort contingent de baby-boomers et elles auront 75 ans dans 20 ans, soit en 2035.

Ce vieillissement rapide de notre population soulève des enjeux individuels et collectifs. Chaque jeune retraité ou la personne qui contemple son retrait de la vie active doit considérer ses besoins et définir les objectifs qu'il se propose d'atteindre dans la dernière partie de sa vie.

Le gouvernement doit aussi ajuster ses programmes publics et leur financement pour répondre aux besoins de la population vieillissante. C'est collectivement que nous devrons relever de nombreux défis sociaux et économiques qu'entraînera l'augmentation soutenue du nombre d'aînés. Pensons seulement aux services sociaux et de santé et aux installations qui seront nécessaires pour accueillir les aînés en 2035.

À quelle vitesse notre communauté vieillit-elle?

La population franco-albertaine vieillit beaucoup plus rapidement que le reste de la population de la province. Entre 2001 et 2011, soit en l'espace de dix ans, la part des aînés au sein de la population franco-albertaine est passée de 14 à 17% tandis qu'elle passait de 10 à 11% seulement pour l'Alberta. Au total, le nombre d'aînés franco-albertains est passé d'environ 8 000 personnes en 2001 à 12 000 en 2011, soit une progression de près de 50% en 10 ans! Le prochain recensement du Canada en 2016 nous dira si la tendance va se maintenir. Pour l'instant, on estime qu'un Franco-Albertain sur quatre sera un aîné d'ici 2036.

La spécificité des aînés franco-albertains.

Les aînés franco-albertains, qui avaient 65 ans et plus en 2011, présentent plusieurs caractéristiques qui les défavorisent par rapport au reste de la population alors que 36% d'entre eux vivent dans des communautés rurales, là où les services en français sont limités. Ils sont aussi plus susceptibles d'avoir de faibles revenus et plus susceptibles de n'avoir aucun diplôme.

Il est donc essentiel que nous définissions une stratégie pour appuyer l'inclusion sociale et l'épanouissement de nos aînés franco-albertains. Nos aînés d'aujourd'hui disposent d'un revenu modeste pour vivre. Ajouté au fait qu'ils sont plus susceptibles de vivre seuls, on comprend les défis qu'ils peuvent rencontrer pour se loger, se déplacer, se faire soigner, ainsi que se divertir.

L'arrivée des baby-boomers risque de changer la donne. Dans les prochaines années, plusieurs auront pris leur retraite plus tôt que les employés de la génération de leurs parents. Un grand nombre vivront surtout dans les grandes villes, auront une meilleure éducation et seront plus à l'aise financièrement.

Le vieillissement démographique et ses conséquences pour la FAFA

Le vieillissement va continuer à s'accélérer au cours des prochaines années. Les baby-boomers franco-albertains vont constituer une génération vieillissante d'un nouveau genre. On dit encore que la nouvelle génération d'aînés va vouloir changer le concept même du vieillissement.

Plus instruits que la génération précédente, les nouveaux seniors voudront continuer à bien vivre et l'amélioration de l'espérance de vie des dernières années les incitera à prolonger leur vie active. Ils jouiront d'un plus grand nombre d'années à la retraite et ils souhaiteront rester en santé le plus longtemps possible.

Les jeunes retraités des prochaines années vont changer notre présente façon de voir les habitudes et les conditions de vie des personnes vieillissantes. Les aînés de demain, qui continueront à partager leur savoir et leur expérience, auront un impact économique, social et politique dont il faudra tenir compte.

Aujourd'hui, il nous est permis de penser que la vie quotidienne des nouveaux seniors se déroulera sous le signe de l'innovation. La FAFA suivra de près le « bien vieillir » des baby-boomers pour être à l'écoute de leurs besoins.

Pour la nouvelle génération vieillissante, la FAFA saura s'adapter et continuera de faire ce qu'elle fait bien: rassembler, informer, outiller.

Rassembler

La FAFA continuera à promouvoir le travail qui se fait dans les divers regroupements d'aînés franco-albertains. Elle poursuivra ses rencontres régionales et provinciales où nous retrouverons autour d'une même table de discussion, des nouveaux retraités et des aînés qui ont quitté le milieu du travail depuis longtemps.

Informer

Pour s'assurer que tous les Franco-Albertains de 50 ans et plus aient une vie saine, la FAFA leur fournira des renseignements pour les aider à demeurer actifs, en santé et autonome.

La longue espérance de vie des nouveaux retraités nous amènera aussi à réfléchir collectivement sur des enjeux éthiques et moraux nouveaux découlant de l'évolution rapide de la société dans laquelle nous vivons.

Selon son mandat principal, la FAFA continuera à informer et à sensibiliser les Albertains sur à l'importance de protéger les droits des personnes âgées.

Outiller

La FAFA va appuyer et outiller les groupes membres afin qu'ils soient en mesure de faciliter la vie des aînés sur leur territoire. La FAFA espère également continuer à produire des vidéos ou à publier des documents susceptibles d'aider les aînés et leurs proches à prendre des décisions éclairées dans leur quotidien. Enfin, la FAFA constitue un guichet unique accessible aux personnes de 50 ans et plus sur une base quotidienne. Nous aidons les aînés à obtenir des informations sur les services gouvernementaux et communautaires, sur le système de santé et toute autre information qui les touchent. Ceci facilite leurs démarches et contribue à leur bien-être en général.